Ouverture d’une information judiciaire concernant les déclarations de Samia Abbou

Businessnews.com.tn | publié le 28/09/2016 21:17

Le ministère public a ordonné, aujourd’hui, mercredi28 septembre 2016, l’ouverture d’une information judiciaire concernant les déclarations de la députée Samia Abbou sur des présomptions de corruption au sein de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

 

Selon le porte-parole du Tribunal de première instance de Tunis, Sofiene Selliti, la décision intervient en application de l’article 31 du code de procédure pénale et suite aux rapports rédigés en ce sens par le Pôle judicaire financier. « Le juge d’instruction près le Pôle judiciaire financier s’est saisi de l’affaire », a-t-il dit dans une déclaration à la TAP.

 

Samia Abbou avait demandé, le 16 septembre, en plénière de l’ARP, l'ouverture d'une enquête surdes suspicions de corruption qui pèsent sur certains élus. Le porte-parole du Tribunal de première instance de Tunis et du Pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, Sofiene Selliti, a indiqué que le ministère public avait entendu la députée Samia Abbou sur ses déclarations à propos de présomptions de corruption au sein de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

 

L’article 31 du code de procédure pénale stipule que « le procureur de la République, en présence d'une plainte insuffisamment motivée ou insuffisamment justifiée, peut requérir du juge d'instruction qu'il soit provisoirement informé contre inconnu, et ce, jusqu'au moment où peuvent intervenir des inculpations ou, s'il y a lieu, de nouvelles réquisitions contre personne dénommée ».

Ouverture d’une information judiciaire concernant les déclarations de Samia Abbou

publié le 28/09/2016 21:17

Le ministère public a ordonné, aujourd’hui, mercredi28 septembre 2016, l’ouverture d’une information judiciaire concernant les déclarations de la députée Samia Abbou sur des présomptions de corruption au sein de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

 

Selon le porte-parole du Tribunal de première instance de Tunis, Sofiene Selliti, la décision intervient en application de l’article 31 du code de procédure pénale et suite aux rapports rédigés en ce sens par le Pôle judicaire financier. « Le juge d’instruction près le Pôle judiciaire financier s’est saisi de l’affaire », a-t-il dit dans une déclaration à la TAP.

 

Samia Abbou avait demandé, le 16 septembre, en plénière de l’ARP, l'ouverture d'une enquête surdes suspicions de corruption qui pèsent sur certains élus. Le porte-parole du Tribunal de première instance de Tunis et du Pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme, Sofiene Selliti, a indiqué que le ministère public avait entendu la députée Samia Abbou sur ses déclarations à propos de présomptions de corruption au sein de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).

 

L’article 31 du code de procédure pénale stipule que « le procureur de la République, en présence d'une plainte insuffisamment motivée ou insuffisamment justifiée, peut requérir du juge d'instruction qu'il soit provisoirement informé contre inconnu, et ce, jusqu'au moment où peuvent intervenir des inculpations ou, s'il y a lieu, de nouvelles réquisitions contre personne dénommée ».

S.H (Avec TAP)
Commentaires (7) Commenter
@kameleon78
Karim
| 29-09-2016 18:52
De la part d'une députée qui s'était déjà illustrée en se réfugiant derrière son immunitée pour échapper à la justice, elle ne risque rien du tout
@Abel
eshmoun
| 29-09-2016 16:49
Son conjoint serait-il la réincarnation de Énée ? il est vrai par ailleurs que si elle n'est pas la fondatrice de "la cité nouvelle" elle semble , comme Didon , disposée à se sacrifier pour que vive Carthage.

Pour ma part , si on doit se référer à l'antiquité j'aurais plutôt tendance à penser qu'elle et ses amis politiques seraient du camp de Caton qui proclama: "il faut détruire Carthage".
mes révérences madame
ABEL
| 29-09-2016 15:53
cette dame est la réincarnation de DIDON
Prévoyant
Buzz
| 29-09-2016 11:51
Le Buzz a un coût, attention...
Si c'est faux , il sévir contre les destabilisateurs.
Reste maintenant le Buzz de celui qu'on a voulu censurer son interview sur la Ettasiaa
C'est une bonne chose
nazou
| 29-09-2016 10:58
Et il faut punir les éventuels impliqués !!!
QU'ILS SERVENT D'EXEMPLE !!!
Il faut envoyer un message fort, à ceux qui seront tenté de se faire acheter !!
Toutes classes sociales confondues, un gouvernement d'union nationale doit servir à ça !!!
ETAT ET CORRUPTION
3ABROUD
| 29-09-2016 08:50
Akermi, Tebib, Ayadi, les réseaux sociaux, la rue, les cafés, les familles, les taxis, les louages,... parlent de corruption dans les secteurs public et parapublic. Moi, en tant que contribuable avec plus de 400 D/mois, je n'aime pas que mon beurre va dans une caisse autre que celle de l'Etat. Madame Abbou a eu la chance d'être bien immunisée et chevronnée pour dire haut et fort ce que les autres ne font qu'effleurer ou colmater totalement. Elle ne fait qu'exercer sa plaine citoyenneté.
Des preuves sinon c'est chaud
kameleon78
| 28-09-2016 22:07
C'est ce que je vous avait dit dès le début, si elle n'a pas de preuves, elle risque gros.
Votre commentaire
(*) champs obligatoires
Conditions d'utilisation
Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction.
La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.
Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.
Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

» Cliquer ici pour lire les conditions d'utilisation et les règles de mod�ration